Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [U36] Les Princes d'Éternité - La Peur au Ventre (IX)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphe Ydeil
Enfant de Lune
Enfant de Lune
avatar

Messages : 6431
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: [U36] Les Princes d'Éternité - La Peur au Ventre (IX)   Dim 3 Avr 2011 - 23:51



* * * LES PRINCES D'ÉTERNITÉ * * *
La Peur au Ventre


Heureux les amis qui s'aiment assez pour (savoir) se taire ensemble...

[align=justify]DDès que les harpies aperçurent leurs nouvelles cibles, elles se ruèrent sur le bouclier fragile. Leurs griffes acérées eurent tôt fait d’écorcher la surface d’argent et bientôt, une première créature passa sa tête à travers l’ouverture. C’était une bête ignoble, au physique brumeux, hérissé de piquants grisâtres qui semblaient vouloir se dématérialiser à tout instant.
Mais Lord Kael ne se fia pas à cette apparente faiblesse. Cette bête là venait d’ailleurs, d’un autre monde. Il le sentait dans toute sa chair. Lorsque la créature se ramassa sur elle-même et plongea son corps squelettique à l’intérieur du dôme, Stormbringer fut le premier à réagir. Il produisit une boule de feu et tira. Le sort atteignit l’une des ailes diaphanes de la bête et la foudroya en plein vol. La harpie chuta dans un cri atroce. Instinctivement, Lord Kael créa un portail au dessus de sa tête. Bien lui en prit. La créature plongea au cœur de la surface bleutée, disparaissant à jamais.
Le Mentor lança un regard appréciatif à l’intention de son Apprenti et se remit en marche, les yeux rivés au plafond qui se reformait avec peine. D’autres bêtes cherchaient à en forcer l’entrée. Lord Kael comprit que leur seule chance d’avancer jusqu’aux autres dômes étaient de retenir un maximum de harpies à l’extérieur ou du moins, de les réexpédier d’où elles venaient si elles passaient la brèche.

- Suivez-nous et faites la même chose ! Cria le guerrier par dessus son épaule.

Son ordre eut un effet immédiat sur les Apprentis. Quelqu’un savait quoi faire. Quelqu’un les dirigeait et ils n’étaient plus livrés à eux mêmes. C’était tout ce que désiraient les jeunes recrues du XVIIIe corps de l’Ordre. En un seul instant, Lord Kael devint une figure de proue, celui qu’il fallait suivre. Naturellement, on se plaça autour de lui, sa confiance rassurante motivant chacun à calquer ses gestes.
D’un groupe désordonné et effrayé, les Apprentis et leurs Mentors devinrent une division armée et prête au combat. Lorsque la protection argentée tomba finalement sous l’assaut des monstres ailés, les créatures durent faire face à la colère des Justes. Elles furent accueillies par les tirs nourris des plus expérimentés et les unes après les autres, tombèrent dans les portails qui se dressaient vers elles.
Il ne restait d’ailleurs plus que quelques mètres à parcourir pour que les Apprentis soient enfin à l’abri des dômes vibrants. Bientôt, le groupe se scinda en trois pour se fondre sous la protection des Gardiens. Les Apprentis étaient enfin protégés. Lord Kael retrouva Silenoz et Poukram et se plaça à leurs côtés. Certains le suivirent et il reconnut parmi eux Casau et Y, tous deux originaires d’Andhera. Il sut qu’ils ne se battaient pas seulement pour l’Ordre, mais aussi pour leurs familles, qui habitaient probablement non loin. Les premiers à être touchés, si jamais ils échouaient durant ce combat. Un peu plus loin, il aperçut Aurora. Sammakko et elle avaient bandé tous leurs muscles dans l’effort qu’ils faisaient pour maintenir le bouclier à sa pleine puissance.
Malgré la situation, la colère emplit le cœur du guerrier. Depuis le départ précipité d’Aurora pour Varjo, il nourrissait une haine féroce à l’égard du Prince. Il avait compris depuis longtemps à quel point la jeune femme souffrait de la désinvolture de Sammakko. Pour lui, le Prince se jouait de la ferveur de sa compagne, profitant de son influence pour la manipuler à loisir. Toute son erreur consistait à ne pas voir qu’Aurora cherchait délibérément la proximité de cet homme, ni qu’elle ne souffrait que d’un manque de confiance en elle.
Il blêmit lorsqu’il la vit faiblir et faire un pas en arrière. Aucun Juste ne pouvait supporter un tel bouclier. Seule, elle aurait échoué. Lord Kael s’interrogea. Pourquoi Sammakko l’avait-il choisie pour l’assister ? Pourquoi ne pas choisir n’importe quel Gardien ? La colère et la peur donnèrent des ailes au guerrier. Rapidement, il calqua ses gestes sur ceux de ses aînés et créa les premières sphères d’énergie qui repoussèrent les harpies ou les détruisirent en vol. Plus vite elles seraient abattues, plus vite Aurora serait protégée et n’aurait plus à supporter ce bouclier maudit qui l’affaiblissait.
Mais à chaque créature qui tombait, il en venait dix autres. Bientôt, le sol fut aussi noir que le ciel. Les dômes ne pouvaient plus progresser car les cadavres des bêtes touchées jonchaient la terre tout autour d’eux, leur interdisant le moindre mouvement. Les Justes perdaient un temps précieux à tenter de les abattre. Pendant ce temps, au dessus de leurs têtes, le disque pourpre gagnait en taille et en puissance. Le vortex grondait et répandait sur les lieux du combat une lumière sanguine, qui rendait la scène plus macabre encore.
Au moment où les membres de l’Ordre s’y attendaient le moins, la surface rouge se déchira. Le portail se mit à vomir sur la terre une nouvelle horde noire. Des créatures trois fois grosses comme les harpies percutèrent de plein fouet les dômes de lumière et y laissèrent de profonds sillons sanglants. Des dizaines de harpies se précipitèrent alors, tentant de pénétrer les protections des Justes par les brèches ainsi ouvertes.
La peur au ventre, les guerriers redoublèrent d’efforts, tentant d’abattre les nouvelles créatures tandis que les défenseurs usaient de toutes leurs forces pour reconstruire le bouclier partiellement détruit. Mais les bêtes étaient trop nombreuses et les Justes trop impuissants. À chaque brèche comblée, ils voyait une nouvelle balafre apparaître et ne parvenaient plus à équilibrer les forces. Bientôt, l’un des dômes s’affaissa sur lui même.

L’un des Gardiens qui maintenaient le bouclier venait d’être arraché au sol par l’une des harpies. La bête prit de l’altitude, sa proie entre ses griffes. Dix autres la suivirent et le corps malmené de l’homme fut mis en morceaux à quelques pieds au dessus du sol. Impuissants, les deux groupes restant assistèrent au massacre. Les cris du malheureux ne durèrent que quelques secondes. C’était assez pour faire frémir d’horreur les Apprentis comme les Gardiens.
Puis, dès que le bouclier désormais trop faible s’affaissa, les Justes qu’il protégeait se dispersèrent en direction des deux dômes restant. Plongeant depuis le ciel comme des vautours affamés, les créatures n’eurent qu’à cueillir ces cibles découvertes. Certains formèrent au dessus d’eux un semblant de bouclier, mais c’était une protection insuffisante contre les griffes des bêtes : elles se contentaient de soulever le bouclier avec l’homme et le propulsaient dans les airs. Leurs victimes allaient s’écraser sur les rochers, un peu plus loin, la nuque brisée. Pour peu qu’ils survivent à une telle chute, les guerriers étaient ensuite incapables de recréer une nouvelle protection et finissaient broyer entre les crocs des harpies.
La moitié du groupe seulement parvint à s’abriter sous les deux dômes restants. Pourtant, l’horreur marquait tous les regards. Là, à leurs pieds, ce n’était plus seulement les corps de leurs adversaires qui jonchaient le sol, c’étaient également les membres éparses de leurs compagnons, amis, frères, parents. Ils n’étaient plus invincibles. Ils ne l’avaient jamais été. Pour la première fois, ceux qui avaient cru en une intervention divine doutèrent et comprirent que s’ils voulaient s’en sortir vivants, ils devraient lutter pour sauver leur vie. Les autres, ceux qui le savaient depuis le départ, réalisèrent qu’ils avaient bien peu de chances de s’en sortir vivants.
Dans les yeux des hommes, dans leur teint blafard, dans les mains tremblantes qui traçaient dans l’air les signes incantatoires, dans les poignets vengeurs qui brandissaient des épées, il y eut plus de craintes et de doutes que jamais. Pour la première fois depuis qu’ils avaient rejoint l’Ordre, Silenoz, Poukram, Lord Kael, Damon et Aurora eurent peur. Près d’eux, leurs Mentors, leurs Gardiens et Sammakko n’en menaient pas plus large, mais les plus jeunes croyaient encore que quelqu’un gardait la foi en leur victoire. Ils ignoraient que dans ce combat terrible qu’ils menaient, il n’était plus question de hiérarchie, ni d’Ordre. Il n’y avait plus que des hommes, égaux devant la peur, devant la mort, devant l’Enfer.

À suivre...
[/align]

RC


* * *

HRP by Jing : ...

* Note de la RPiste : Ce RP appartient à la saga "LES PRINCES D'ÉTERNITÉ" qui est dédiée aux InFs et au reste de l'univers 36.

Épisodes précédents - Première, deuxième & troisième parties :
- [blink]DISPONIBLE EN CLIQUANT ICI[/blink]

Épisodes précédents - Quatrième partie - Gardiens :
- Le Désert Blanc
- La Décision des Autres
- Mythes et Réalités
- Retour à Deak'Li
- Regrets
- Doutes
- [url=]L'Appel aux Dieux[/url]
- [url=]Le Désir de Vaincre[/url]
- La Peur au Ventre
- Proximité (à venir)

____________________________________________________________________________________________________
« À Sionabel, un Rêve sera toujours apporté à ceux qui en font la demande. » [Nymphe Ydeil]
« Certains disent que seule la guerre peut faire de nous des frères. Ceux-là n'ont sans doute jamais essayé d'écrire avec quelqu'un... » [Yuen]
« À six ans, je savais écrire. Mais ici, nous n'écrivons pas. Nous vendons du Rêve. » [red13]
Revenir en haut Aller en bas
http://sionabel.phpbbtest.com
Nymphe Ydeil
Enfant de Lune
Enfant de Lune
avatar

Messages : 6431
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: [U36] Les Princes d'Éternité - La Peur au Ventre (IX)   Sam 23 Avr 2011 - 23:17

Attribué à Jing.

____________________________________________________________________________________________________
« À Sionabel, un Rêve sera toujours apporté à ceux qui en font la demande. » [Nymphe Ydeil]
« Certains disent que seule la guerre peut faire de nous des frères. Ceux-là n'ont sans doute jamais essayé d'écrire avec quelqu'un... » [Yuen]
« À six ans, je savais écrire. Mais ici, nous n'écrivons pas. Nous vendons du Rêve. » [red13]
Revenir en haut Aller en bas
http://sionabel.phpbbtest.com
 
[U36] Les Princes d'Éternité - La Peur au Ventre (IX)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronique de l'étendue de la peur au ventre
» La blague la plus flippante :peur:
» Souvenir d'éternité (Une simple vie d'elfe)
» [Récit] L'éternité n'attends pas ...
» Peur de l'hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge :: Les Sortilèges de Nymphe Ydeil-
Sauter vers: