Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphe Ydeil
Enfant de Lune
Enfant de Lune
avatar

Messages : 6431
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: [ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII   Mar 5 Avr 2011 - 20:03



Les Plumes de Sionabel présentent



...<3...

> > > LA VOIX DES MAGES < < <

> Épisode VIII <

Aux violets.

[align=justify]Lorsqu’ils quittèrent le bureau de Mamina, après ce que Dean prit pour une éternité et une foule de formulaires, Laurenn esquissa enfin une explication.

- Mamina est la répartitrice.
- Répartitrice de quoi ? lâcha Dean, un peu grinçant.
- Oh… et bien… hésita Laurenn, c’est elle qui choisit à quelle section de l’OMAGE seront expédié les nouvelles recrues.
- Ça, je crois que j’avais compris, mais ça ne me dit pas les options, ni où vous m’avez expédié, à part « là-haut ».

Laurenn soupira et s’arrêta au beau milieu d’un corridor. Un militaire bardé de gallons faillit le percuter et le contourna en marmonnant quelques insanités bien senties.

- L’OMAGE est à la tête d’un programme bien particulier Dean. OMAGE est l’acronyme de l’Organisation Mondiale des Armées Gouvernementales de l’Espace. Nous avons donc des gens qui sont envoyés directement dans l’espace.
- Pour faire quoi ?
- Plein de choses. De la conquête spatiale la plupart du temps, de la défense planétaire aussi ou même pour former l’armée spatiale.
- Et le dossier Third Phoenix, c’est quoi ?

Laurenn se raidit.

- Ça, c’est confidentiel, répondit-il sans sourire.
- Ok, lâcha Dean sur la défensive. Et là-haut, vous allez m’envoyer faire quoi au juste ?
- De la conquête simulée.
- Simulée ?
- Viens, je vais te montrer.

Et Laurenn l’entraîna un peu plus loin dans les profondeurs des sous-terrains. Après avoir franchi de nombreux points de contrôle de plus en plus complexes, ils débouchèrent enfin dans un laboratoire géant, empli du sol au plafond d’ordinateurs et de moniteurs, chaque bloc étant relié à un siège incliné, la plupart étant occupés. Des électrodes surveillaient l’activité cardiaque et cérébrale de leurs occupants.

- Ces hommes sont en phase de simulation, expliqua Laurenn. L’ordinateur utilise un programme que l’on a appelé Rhéa et leur fait visualiser une ou plusieurs situations qu’ils doivent résoudre. Ces situations sont créées par le programme en fonction des données que nous avons récoltées sur une colonie potentielle.
- Ça sert à quoi ?
- Les sondes à la surface de la planète nous fournissent des informations en temps décalé. Elles nous proviennent du passé. Simuler une colonisation sur un an nous permet donc de vérifier si le développement sur ces planètes est viable ou non sans avoir à se déplacer. Si nous décidons que la colonisation est possible, un bataillon de l’armée est envoyé.
- Vous avez combien de planètes en test en ce moment ?
- Trois.
- Et combien ont été approuvées depuis le début ?
- Aucune.

Dean eut un mouvement de surprise, puis se ressaisit.

- Parfait, j’adore faire des trucs qui servent à rien, répliqua-t-il avec un sourire sans expression. Et puis je n’ai plus que ça à faire de mes soixante prochaines années. Je me mets où, doc ?
- Ce n’est pas un jeu, Dean, gronda Laurenn.
- Non, vous avez raison, ce n’est pas un jeu d’être né condamné à vivre comme un moins que rien par une loi débile, de vivre en sachant qu’on peut perdre sa famille d’un claquement de doigt et de savoir qu’on a tué quelqu’un, que le seul refuge pour éviter la mort, c’est une simulation par ordi qui ressemble à un jeu vidéo bas de gamme. Mais peut-être que ça aussi, c’est faux, je n’ai pas tué, ça fait juste parti de vos manigances, des règles du jeu… Alors maintenant, je vais où ? C’est ce que vous vouliez non, que je sois ici ? Vous avez tout fait pour ! Grinça Dean, furieux.

Laurenn ne répondit pas tout de suite. S’il comprenait la soudaine colère de Dean, il ne pouvait se permettre de lui donner raison et de le laisser exploser ainsi. Alors il l’entraîna sans ménagement vers un bloc de simulation. Un homme de haute stature les attendait.

- Capitaine Taumbah, voici Dean Johnson, notre dernière recrue, annonça Laurenn, puis se tournant vers Dean, il ajouta froidement : le capitaine te donnera toutes les instructions. Je ne suis pas habilité à poursuivre cet entretien avec toi.

Puis il fit demi-tour et laissa là le jeune homme abasourdi. Le capitaine laissa immédiatement tomber son masque affable.

- Alors comme ça, c’est tout ce qu’ils ont trouvé ? T’envoyer à moi ?
- Je n’ai pas fait exprès, s’excusa Dean, avant de se rendre compte que les excuses étaient inutiles et infantiles.
- Écoute-moi bien, Johnson, ici c’est moi qui commande. Les tueurs de premiers qui viennent ici pour sauver leur petit cul, quand ils arrivent ici, ils supplient leur mère et préfèrent retourner dehors, t’as bien compris ?
- Oui.
- Oui capitaine, tu te crois où là ? Avec tes copains ? Ici tu n’as pas de copains et j’y veillerai, je te le garantie. Alors maintenant, tu vas poser ton joli cul là-dedans et tu vas la boucler. Tu vas faire ce qu’on te dit parce qu’ici, tu n’es plus le petit prince.

Dean serra les dents et se força au silence. À quel moment avait-il était « le petit prince » ? Jamais. Pas dans ce monde-ci en tout cas. Il s’installa dans le siège et laissa un assistant lui coller les électrodes un peu partout. Lorsqu’il abaissa le casque sur ses oreilles et ses yeux, il entendit tout d’abord un brouhaha indistinct. Puis il reconnut des voix. Celles d’autres participants. Puis celle du capitaine se fit entendre, pleine d'une fourberie redoutable.

- Messieurs Dames, un bizut vient de se connecter. Saluez le comme il se doit, c’est le dernier petit protégé des dignitaires : un tueur de premiers. Il a bien ouvert sa gueule là-haut, je vous laisse le soin de lui rappeler sa place.

Un murmure confus parvint jusqu’à Dean. L’enfer venait de commencer.

À suivre…[/align]

____________________________________________________________________________________________________
« À Sionabel, un Rêve sera toujours apporté à ceux qui en font la demande. » [Nymphe Ydeil]
« Certains disent que seule la guerre peut faire de nous des frères. Ceux-là n'ont sans doute jamais essayé d'écrire avec quelqu'un... » [Yuen]
« À six ans, je savais écrire. Mais ici, nous n'écrivons pas. Nous vendons du Rêve. » [red13]


Dernière édition par Nymphe Ydeil le Lun 30 Mai 2011 - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sionabel.phpbbtest.com
ChiNoiR
Correcteur Bluffeur
Correcteur Bluffeur
avatar

Messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 26
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: [ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII   Mer 18 Mai 2011 - 15:48

Citation :
Aux violets.

[align=justify]Lorsqu’ils quittèrent le bureau de Mamina, après ce que Dean prit pour une éternité et une foule de formulaires, Laurenn esquissa enfin une explication.

- Mamina est la répartitrice.
- Répartitrice de quoi ? lâcha Dean, un peu grinçant.
- Oh… et bien… hésita Laurenn, c’est elle qui choisit à quelle section de l’OMAGE seront expédiées les nouvelles recrues.
- Ça, je crois bien que j’avais compris, mais ça ne me dit toujours pas les options, ni où vous m’avez expédié à part « là-haut ».

Laurenn soupira et s’arrêta au beau milieu d’un corridor. Un militaire bardé de gallons faillit le percuter et dût donc le contourner tout en marmonnant quelques insanités bien senties.

- L’OMAGE est à la tête d’un programme bien particulier Dean. OMAGE est l’acronyme de l’Organisation Mondiale des Armées Gouvernementales de l’Espace. Nous avons donc des gens qui sont envoyés directement dans l’espace.
- Pour faire quoi ?
- Plein de choses. De la conquête spatiale la plupart du temps, de la défense planétaire aussi ou même une formation pour l’armée spatiale.
- Et le dossier Third Phoenix, c’est quoi ?

Laurenn se raidit.

- Ça, c’est confidentiel, répondit-il sans sourire.
- Ok, lâcha Dean sur la défensive. Et là-haut, vous allez m’envoyer faire quoi au juste ?
- De la conquête simulée.
- Simulée ?
- Viens, je vais te montrer.

Et Laurenn l’entraîna un peu plus loin dans les profondeurs des souterrains. Après avoir franchi de nombreux points de contrôle de plus en plus complexes, ils débouchèrent enfin dans un laboratoire géant empli du sol au plafond d’ordinateurs et de moniteurs, chaque bloc étant relié à un siège incliné, la plupart étant occupés. Des électrodes surveillaient l’activité cardiaque et cérébrale de leurs occupants.

- Ces hommes sont en phase de simulation, expliqua Laurenn. L’ordinateur utilise un programme que l’on a appelé Rhéa et leur fait visualiser une ou plusieurs situations qu’ils doivent résoudre. Ces situations sont créées par le programme en fonction des données que nous avons récoltées sur une colonie potentielle.
- Ça sert à quoi ?
- Les sondes à la surface de la planète nous fournissent des informations en temps décalé. Elles nous proviennent du passé. Simuler une colonisation sur un an nous permet donc de vérifier si le développement sur ces planètes est viable ou non, sans avoir à se déplacer. Si nous décidons que la colonisation est possible, un bataillon de l’armée est envoyé.
- Vous avez combien de planètes en test en ce moment ?
- Trois.
- Et combien ont été approuvées depuis le début ?
- Aucune.

Dean eut un mouvement de surprise puis se ressaisit.

- Parfait, j’adore faire des trucs qui servent à rien, répliqua-t-il avec un sourire sans expression. Et puis je n’ai plus que ça à faire de mes soixante prochaines années. Je me mets où, doc ?
- Ce n’est pas un jeu, Dean ! Gronda Laurenn.
- Non, vous avez raison, ce n’est pas un jeu d’être né condamné à vivre comme un moins que rien par une loi débile, de vivre en sachant qu’on peut perdre sa famille d’un claquement de doigts et de savoir qu’on a tué quelqu’un et que le seul refuge pour éviter la mort, c’est une simulation par ordinateur qui ressemble à un jeu vidéo bas de gamme. Mais peut-être que ça aussi, c’est faux ! Je n’ai pas tué, ça fait juste partie de vos manigances, vos règles du jeu… Alors maintenant, je vais où ? C’est ce que vous vouliez non, que je sois ici ? Vous avez tout fait pour ! Grinça Dean, furieux.

Laurenn ne répondit pas tout de suite. S’il comprenait la soudaine colère de Dean, il ne pouvait se permettre de lui donner raison et de le laisser exploser ainsi. Alors, il l’entraîna sans ménagement vers un bloc de simulation. Un homme de haute stature les attendait.

- Capitaine Taumbah, voici Dean Johnson, notre dernière recrue, annonça Laurenn, puis se tournant vers Dean, il ajouta froidement : le capitaine te donnera toutes les instructions. Je ne suis pas habilité à poursuivre cet entretien avec toi.

Puis il fit demi-tour et laissa là le jeune homme abasourdi. Le capitaine laissa immédiatement tomber son masque affable.

- Alors comme ça, c’est tout ce qu’ils ont trouvé ? T’envoyer à moi ?
- Je n’ai pas fait exprès, s’excusa Dean avant de se rendre compte que les excuses étaient inutiles et infantiles.
- Écoute-moi bien, Johnson, ici c’est moi qui commande. Les tueurs de premiers qui viennent ici pour sauver leur petit cul, Quand ils arrivent, ils supplient leur mère et préfèrent retourner dehors, t’as bien compris ?
- Oui.
- Oui capitaine, tu te crois où là ? Avec tes copains ? Ici tu n’as pas de copains et j’y veillerai, je te le garantis. Alors maintenant, tu vas poser ton joli ptit cul là-dedans et tu vas la boucler. Tu vas faire ce qu’on te dit parce qu’ici, tu n’es plus le petit prince.

Dean serra les dents et se força au silence. À quel moment avait-il été « le petit prince » ? Jamais. Pas dans ce monde-ci en tout cas. Il s’installa dans le siège et laissa un assistant lui coller les électrodes un peu partout. Lorsqu’il abaissa le casque sur ses oreilles et ses yeux, il entendit tout d’abord un brouhaha indistinct. Puis il reconnut des voix, celles d’autres participants. Puis, celle du capitaine se fit entendre, remplie d'une fourberie redoutable.

- Messieurs Dames, un bizut vient de se connecter. Saluez le comme il se doit, c’est le dernier petit protégé des dignitaires : un tueur de premiers. Il a bien ouvert sa gueule là-haut, je vous laisse le soin de lui rappeler sa place.

Un murmure confus parvint jusqu’à Dean. L’enfer venait de commencer.

À suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Nymphe Ydeil
Enfant de Lune
Enfant de Lune
avatar

Messages : 6431
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: [ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII   Lun 30 Mai 2011 - 14:21

Attribué à BTK

____________________________________________________________________________________________________
« À Sionabel, un Rêve sera toujours apporté à ceux qui en font la demande. » [Nymphe Ydeil]
« Certains disent que seule la guerre peut faire de nous des frères. Ceux-là n'ont sans doute jamais essayé d'écrire avec quelqu'un... » [Yuen]
« À six ans, je savais écrire. Mais ici, nous n'écrivons pas. Nous vendons du Rêve. » [red13]
Revenir en haut Aller en bas
http://sionabel.phpbbtest.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ELECTRA] La Voix des Mages - Épisode VIII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [R 05/12/13] [En cours] Recherche voix - Wolf Blood (Série sims 2)
» La Voix de Rogukan
» Nom des voix TTS
» [Hors sujet] Les animaux en voix de disparition
» lapinou sans voix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge :: Les Sortilèges de Nymphe Ydeil-
Sauter vers: