Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mort dans les yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuen
Créateur de Mondes
Créateur de Mondes
avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 05/12/2010
Age : 26
Localisation : A la recherche d'Arcadie...

MessageSujet: La mort dans les yeux   Mar 2 Juin 2015 - 13:49




La mort dans les yeux



Nous y sommes. C’est la fin, la vraie fin. Pas un happy end comme dans les films romantiques.

Il avance vers moi. Sa mâchoire se contracte, il sent les sentiments l’envahir. Il avance d’un pas décidé. Pour lui et pour les autres qui sont là. Ils me regardent tous. A genoux, assis, debout, en pleurs ou la main devant la bouche. Les yeux fermés.
Il arrive à ma hauteur. Il tend son bras au bout duquel une arme en acier, froide et sanglante, est prête à faire feu. Il va appuyer, ce n’est qu’une question de seconde. Mais je lis dans ses yeux… Je lis dans ses yeux quelque chose d’indéfinissable… C’est une vie, un monde qui s’y trouve. La compassion, la tristesse, le désarroi n’approchent que de loin le plus faible des sentiments qu’il éprouve.

Pourquoi doit-il le faire ? C’est à lui d'accomplir cette tâche, il le sait. Personne d’autre n’a voulu de ce lourd fardeau, par manque de courage, de force, ou de volonté. Pourtant, lui, il l’a trouvé ce courage qui sort d’on ne sait où. Et il me regarde.
Il me demande pardon, ses yeux disent non et oui à la fois. Il est en colère, ça se sent, ça se voit. Les sentiments se transforment en sueur qui perle sur sa peau. Pourquoi Dieu lui impose-t-il une chose pareille ?

Ses compagnons nous regardent, ils pleurent. J’entends même une femme crier. « Nooon, nooooooooon » hurle-t-elle. Ça ne changera rien, elle sait elle aussi que c’est la seule et unique solution. Un choix s’offre à moi. Profiter de mes dernières secondes pour regarder le bout de métal qui jongle avec mes peurs, mes angoisses, ma conception de la vie et de la mort, la fin, MA fin. Ou bien regarder une dernière fois cette vie à travers ses yeux. Regarder, transpercer son âme, me fondre en lui et essayer d’y trouver une réponse, une aide, un soulagement. Regarder les deux reviendrait à n’en regarder aucun. Je dois choisir. Vite, il va bientôt tirer. Je plonge alors mon regard dans le sien. Une antichambre temporelle s’ouvre, nous nous retrouvons tous les deux. Il fait noir et il fait froid. Il se tient debout devant moi, comme je l’ai toujours vu, imaginé, admiré. Il ne sourit pas et je sens qu’il crève de me prendre dans ses bras. Je lui demande alors « Pourquoi ? ». Il me regarde intensément. « C’est à moi de le faire, à personne d’autre » dit-il. « Je te le dois, tu ne mérites pas moins ». Je le crois. Qui d’autre aurait pu, voulu ou même osé ?

Retour au temps présent, je lis d’autres choses à présent. « Je t’aime, pardonne-moi ».

A quoi sert de demander pardon à la personne que vous allez abattre la seconde d’après ? Il pense peut-être que je vais venir le hanter une fois que la balle plantée entre mes yeux sera refroidie. Je regarde enfin l’arme. Ce drôle d’objet forgé de la main de l’Homme pour prendre la vie de ses frères. Mécanisme physique, détonateur, barillet, balles, poudre, explosion, bruit. C’est ce qui m’attend. Ma vie entière défile dans ma tête. Ai-je bien vécu, ai-je bien agi ? Je n’en sais rien. Après tout, je n’ai pas eu le temps de faire grand-chose dans ma si courte existence. Je n’ai que douze ans. Je le revois sourire, rire avec mes proches que j’aime. C’est le dernier souvenir que je veux garder de lui. Je le transpose dans ses yeux.

Il tire. Adieu, je t’aime, pardon. Papa.

____________________________________________________________________________________________________
« S'ils racontent un jour mon histoire, laissez-les dire que j'ai marché aux côtés de géants. Les hommes se lèvent et tombent comme le blé d'hiver, mais leur nom ne meurt jamais. Laissez-les dire que j'ai vécu à l'époque d'Hector, dresseur de chevaux. Laissez-les dire que j'ai vécu à l'époque d'Achille... » - Ulysse

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort dans les yeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si Link était mort dans Majora's Mask?
» Regardez moi dans les yeux... les yeux j'ai dit!!
» GENESIS • « La mort a pour moi le visage d’une enfant au regard transparent. »
» 666 Impact 98 , Des Bleus dans les yeux
» La pierre de foyer votre avis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge :: Les Grimoires de Yuen-
Sauter vers: