Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À ce gouvernement qui fit de moi un meurtrier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuen
Créateur de Mondes
Créateur de Mondes
avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 05/12/2010
Age : 26
Localisation : A la recherche d'Arcadie...

MessageSujet: À ce gouvernement qui fit de moi un meurtrier   Mar 2 Juin 2015 - 14:15




À ce gouvernement qui fit de moi un meurtrier



J'ai un problème... J'ai tué un homme. Enfin, ce n'est pas ça le problème : le problème c'est que j'en ai rien à foutre d'avoir tué un homme. Et ça m'inquiète de ne pas être inquiété d'avoir tué.
On pourrait tergiverser sur le pourquoi du comment j'ai commis cet acte "immonde", mais nous ne le ferons pas ; j'avais mes raisons, il est mort, fin de l'histoire.
J'aimerais aller me rendre à la police. Le problème dans ce genre de situation, c'est la réaction des gens. Si je vais trouver la policière-caissière qui attend un peu d'action dans sa vie morne au guichet d'entrée du bureau de police et qu'à sa question "Que puis-je pour vous ?" je lui réponds que je viens me rendre parce que j'ai tué un homme, avec le plus grand calme du monde, et bien moins de deux minutes plus tard, je serais couché par terre, menotté et traité de "sale enfoiré" par quatre flics armés jusqu'aux dents parce qu'ils sont face à un sacré psychopathe. Non, rien que pour ça, je n'ai pas envie d'aller me rendre.
Alors que faire ? Me confier à un ami ? Ça lui créerait des ennuis et le rendrait complice d'un meurtre. Quel ami serais-je pour lui faire ça ? Non, non, ce n'est pas une bonne idée. De toute façon, je n'ai pas d'amis.
Je pourrais très bien attendre que la police retrouve le cadavre, mais ils vont vouloir me traquer et tenter de me tuer et ça finirait par jouer en ma défaveur.
Ou alors, je pourrais écrire une lettre en disant qu'à une telle heure d'un tel jour je viendrai me rendre pour un crime commis mais que je veux être traité avec respect et sans brutalité. Oui, ça me parait être une bonne idée...
L'important, c'est que j'aille en prison, mais pour une longue durée hein !
J'ai déjà tout fait ; le vol à l'étalage, agresser des gens en étant ivre, pisser sur une bagnole de police... À chaque fois je reste au trou quelques jours et puis je suis relâché. Il fallait absolument que je trouve quelque chose de plus radical, surtout avec l'hiver qui approche...
Vous devez sans doute vous demander pourquoi je veux aller en prison. Et bien...
Fort de mon master en sciences du travail, j'avais décroché un super job dans une multinationale et ça me rendait vraiment heureux. J'avais aussi une femme, deux enfants et un chien et on vivait ensemble dans une grande maison. Bref, la vie de rêve quoi. Mais un jour, j'ai été licencié pour restructuration, me retrouvant ainsi au chômage malgré mon super diplôme. Et c'est à ce moment-là que le gouvernement a décidé d'inventer une loi fantastique pour pousser les gens à chercher du travail plus activement : supprimer le chômage longue durée. Ainsi, après deux ans de recherche acharnée, je me suis retrouvé sans revenu. Ma femme, aussi aimante soit-elle, a préféré aller voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs. Nous n'aborderons pas ici le côté vénal transcendant à son condition, ça risquerait de déplaire à certain(e)s. Quoi qu'il en soit, de merde en merde, je me suis retrouvé à la rue avec mon beau diplôme en poche. J'ai fini par le troquer contre quelques tartines pour ne pas crever de faim durant l'été.
Nous en venons donc au pourquoi de mes actes. Je suis à la rue depuis quelques temps et j'ai remarqué que les personnes incarcérées en prison étaient mieux loties que moi et mes potes-clodos. Au final, mon seul crime aura été d'avoir un diplôme qui ne correspondait pas au marché de l'emploi actuel.
Ainsi, j'ai décidé de tout faire pour terminer en prison. Je préfère ramasser des savonnettes et des bites dans le cul plutôt que des gelures et des doigts en moins pendant l'hiver. Le problème c'est que finalement, même avec la meilleure volonté du monde, c'est plus difficile qu'on ne le pense de finir en prison. Comme je le disais, j'ai tout essayé, mais ça n'a pas suffi. Il ne me restait que deux options : braquer une banque ou tuer quelqu'un. Le problème quand on braque une banque, c'est qu'il y a de grandes chances qu'on se ramasse une balle ou deux. Mon but, ce n'était pas de crever, juste me faire enfermer. Donc j'ai tué un homme. Et je dois avouer que je préfère tuer un homme pour survivre plutôt que crever dans la rue comme un chien galeux. J'ai donc planté un couteau dans le dos du premier connard qui passait par-là et hop. Merci le gouvernement, tu as fait de moi un meurtrier.

____________________________________________________________________________________________________
« S'ils racontent un jour mon histoire, laissez-les dire que j'ai marché aux côtés de géants. Les hommes se lèvent et tombent comme le blé d'hiver, mais leur nom ne meurt jamais. Laissez-les dire que j'ai vécu à l'époque d'Hector, dresseur de chevaux. Laissez-les dire que j'ai vécu à l'époque d'Achille... » - Ulysse

Revenir en haut Aller en bas
 
À ce gouvernement qui fit de moi un meurtrier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelles mesures du gouvernement sur la sécurité routière (débat)
» Rôle du gouvernement dans la république
» Larbins du gouvernement
» Le Gouvernement Breton
» ? Gouvernement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge :: Les Grimoires de Yuen-
Sauter vers: